vendredi 28 mai 2010

Mike Patton - Crank 2 (B.O.F)

C'est sûrement un chef d'œuvre vu que c'est écrit Patton dessus... Non ?

Il fut un temps où le lendemain la sortie d'un album où le nom de Mike Patton apparaissait, vous auriez trouvé une chronique sur ce blog. Une flopée de demi réussites plus tard, il faut attendre un an avant que je jette un coup d'oreille à cette bande originale de film composée et interprétée par Patton, et mine de rien son premier album depuis dix ans à ne pas sortir sur son label Ipecac.

Rien d'étonnant à retrouver Patton dans cette aventure : le cinéma est omniprésent dans son oeuvre. Outre les influences des compositeurs de musiques de film sur ses compositions, Patton a enregistré un album de reprises de musiques de film avec Fantômas, a joué le rôle principal dans un film (Firecracker), et fourni les cris pour les zombies (!) de Je suis une légende.

Il s'était même déjà essayé à la B.O. de film avec le court-métrage The perfect place. Pour sa première musique de long-métrage, qui plus est pour un blockbuster, il reprend les mêmes recettes, avec une touche metal plus prononcée, et une plus grosse dose de déconne. Le résultat se situe quelque part entre gros bourrinage gratuit et l'éclectisme à la Patton.

Comme d'habitude, une floppée de styles différents sont utilisés : de la musiques traditionnelle ou funk en passant par le hip-hop, le metal et l'électro (sans parler des bruitages et autres incongruités). Patton recycle abondamment ses idées (pratique assez commune dans cette exercice), mais il s'est suffisamment faire rare ces temps-ci pour qu'on ne soit pas encore lassé.

Le son paraît un peu "cheap", les arrangements auraient pu être beaucoup plus travaillés. Manque de moyen, ou manque d'ambition artistique pour accompagner ce qu'il faut bien appeler une vieille daube, difficile à dire. Patton semble en tout cas tout faire tout seul avec des synthés et des samples (jusque qu'à preuve du contraire, il me semble que c'est le cas).

L'album est rempli d'idées, pas toujours poussées très loin, et surtout insuffisamment orchestrées. C'est dommage, car le vent de folie que Patton fait souffler dans le metal électro bourrin aurait pu être vraiment jouissif. Les morceaux les plus simples, et qui ne demandent pas trop de finesse dans les détails, sont d'ailleurs les plus efficaces.

Ne crachons pas non plus dans la soupe. Certains titres sont quand même bien rigolos, et ça vaut largement la majorité de ce qui sort dans les bacs aujourd'hui. Après tout, une B.O.F. n'est pas faite pour être écoutée dans son salon. Il faudrait voir le rendu en regardant le film pour savoir si c'est une réussite ou non.

Si vous êtes un collectionneur et que vous avez même ses albums Maldoror et Adult themes for voice, vous pouvez compléter votre collection avec la B.O.F de Crank 2. Si Patton vous manque vraiment, et si la perspective d'un album de reprises de vieilles chansons italiennes ne vous enthousiasme pas, ça vous permettra sûrement de patienter quelque temps.

Aucun commentaire: